Photographe congolais de renommée internationale, Baudoin Mouanda est le lauréat de la 30ème édition du Prix Roger-Pic, du nom du grand reporter, photographe, photojournaliste, militant du droit d’auteur et cinéaste français (Roger Pinard, de son vrai nom, né le 15 septembre 1920 et décédé le 3 décembre 2001). Organisé par la Scam (Société civile des auteurs multimédias), ce prix s’adresse aux photographes professionnels. Il récompense l’auteur ou l’autrice d’un portfolio photographique documentant le réel et interrogeant notre humanité avec singularité.

Premier lauréat africain et congolais du Prix Roger-Pic, Baudoin Mouanda a été récompensé pour son portfolio «Ciel de saison». Un travail documentaire et artistique mettant en lumière les intempéries résultant du changement climatique, afin de faire prendre conscience sur la nécessité continue de protéger l’environnement. «Ciel de saison est né des intempéries que connaît, ces dernières années, l’Afrique, et qui sont dues au changement climatique. Ces photographies rappellent à tout un chacun la nécessité de préserver et respecter l’environnement, sous peine de représailles du changement climatique», a expliqué le lauréat congolais.

 Baudoin Mouanda (à g.) pendant la présentation.
Baudoin Mouanda (à g.) pendant la présentation.

«Ciel de saison» est un projet réalisé grâce à Classpro Culture, l’espace culturel de Baudoin Mouanda, encore en chantier. «Ce, avec l’aide des habitants qui ont connu les inondations et qui ont bien voulu reprendre à mon appel. En me rappelant de l’engagement sans relâche du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, sur les changements climatiques, il m’était important d’accompagner cette action pour le bien de la population», reconnaît l’artiste. Qui n’a pas caché sa satisfaction de recevoir cette distinction. «Je suis très fier que le Prix Roger-Pic de la Scam soit attribué, cette année, à un photographe africain dont je suis le premier du continent, d’origine congolaise, à le remporter. Je suis très content que le Congo, à travers la photographie, arrive à attirer de l’attention, en sensibilisant les populations sur un phénomène naturel que connaît l’Afrique. Donc, je ne manquerai pas de remercier les membres du jury, pour l’intérêt qu’ils ont porté à mon projet Ciel de Saison qui en est, à ce jour, à sa troisième distinction», a commenté le virtuose artiste qui a déjà, dans sa besace, une vingtaine de trophées sur le plan international.
Baudouin Mouanda recevra officiellement sa distinction le 13 octobre prochain, en France. Il bénéficiera d’une exposition de ses photographies, produite entièrement par la Scam et d’une enveloppe de 5000 euros (3. 275.000) F. Cfa. L’artiste congolais est attendu le 17 septembre prochain, toujours en France, pour présenter son travail au festival La Gacilly.
Par ailleurs, Baudoin Mouanda prépare un nouveau projet photographique qui parle de la question d’eau et devra s’intituler «La sueur du robinet». Depuis 2018, il s’investit dans la création, à Madibou, dans le huitième arrondissement de Brazzaville, d’un espace culturel dénommé «ClassPro_Culture» et qui devrait comprendre une salle d’exposition, un centre de formation, une bibliothèque et un laboratoire photographique.
Né en 1981, à Ouesso, dans le Département de la Sangha, Baudouin Mouanda, surnommé Photouin, a commencé son apprentissage en 1993 en «chroniquant» la vie de la capitale congolaise. En 2007, il bénéficie d’une résidence à Paris et suit un stage de perfectionnement au C.f.p.j (Centre de formation et de perfectionnement des journalistes).
C’est à l’occasion de ce séjour qu’il découvre l’univers des Sapeurs (adeptes de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes). Il décide de revenir à la naissance de ce phénomène à son retour à Brazzaville. Sa série est exposée à l’occasion de l’exposition «L’Art d’être un homme» au Musée Dapper, à Paris, en 2009.
Le photographe réalise de nombreux reportages dans l’enceinte de la ville, mais plus largement dans tout le pays. Son regard capte le quotidien des populations bouleversé par l’histoire, les guerres, les conditions climatiques, les difficultés économiques et les enjeux de l’environnement.
Membre du Collectif Génération Elili et d’Afrique in visu, Baudouin Mouanda participe à la promotion de la photographie congolaise à l’international. Il collabore avec des journaux renommés comme Jeune Afrique, Afrique Magazine, Le Monde, l’Express styles, L’Humanité.

Nana KABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici