22.2 C
Brazzaville
lun 4 juillet 2022
spot_img

Séminaire des attachés de sécurité intérieure (Asi) des Ambassades de France à Brazzaville

Criminalité environnementale, trafic de médicaments et radicalisation au centre des travaux

La Direction de la coopération internationale de sécurité, rattachée au Ministère français de l’intérieur, a organisé, du 31 mai au 2 juin 2022, à l’Hôtel Radisson Blu, à Brazzaville, un séminaire des attachés de sécurité intérieure (Asi) des Ambassades de France dans les pays d’Afrique centrale, de l’Est et australe. C’est pour la première fois que Brazzaville accueille cette rencontre. Pendant trois jours, les attachés de sécurité intérieure ont réfléchi sur les problématiques liées à la criminalité environnementale, le trafic de médicaments et la radicalisation.

Organisé par l’attaché de sécurité intérieure de l’Ambassade de France au Congo, le commissaire Marwan Laraich, sous le patronage de l’ambassadeur François Barateau, le séminaire des attachés de sécurité intérieure des Ambassades de France des trois sous-régions africaines (Afrique centrale, Afrique de l’Est et Afrique australe) a connu la présence de la directrice de la coopération internationale de sécurité, Mme Sophie Hatt, les autorités du commandement des forces de police, des représentants de l’Interpol et des autres structures de sécurité.

L'ambassadeur François Barateau ouvrant les travaux du séminaire.
L’ambassadeur François Barateau ouvrant les travaux du séminaire.

En marge de cette rencontre, Mme Sophie Hatt, assistée du commissaire Marwan Laraich et du commandant en second des forces congolaises de police, le général de police de première classe André Fils Obami-Itou, s’est entretenue avec la presse pour parler dudit séminaire et montrer l’intérêt des attachés de sécurité intérieure pour la France et pour les pays d’accueil.

Ainsi, selon elle, ce séminaire a permis aux participants «de débattre et d’échanger sur trois thématiques principales: la lutte contre le pillage des ressources fauniques et minières en Afrique centrale et australe». «Nous débattons également sur le trafic de médicaments qui impacte aussi cette zone et cela au détriment de la population qui sont exposées aux médicaments frelatés ou périmés au péril de sa vie. Le troisième objectif de ce séminaire, c’est de partager l’expérience sur le développement d’une certaine radicalisation qui frappe certains pays de la zone. Nous constatons la montée d’une radicalisation de certains groupes qui prend de l’ampleur», a-t-elle poursuivi.

«L’idée d’avoir organisé ce séminaire à Brazzaville, c’est de mettre le Congo au centre de nos intérêts et de cette coopération, parce qu’elle est riche. Nous avons un attaché de sécurité intérieure en poste à Brazzaville, depuis 1989. Donc, c’est une coopération historique et très riche que nous avons avec le Congo. Nous souhaitons l’enrichir et avoir des rapports de bonne qualité. L’idée s’est également de réfléchir à une coopération plus riche et davantage axée sur le multilatéralisme. C’est pour cela nous faisons participer à ce séminaire, la délégation de l’Union européenne, parce que l’Union européenne finance des projets de renforcement des capacités des forces de sécurité intérieure. Nous travaillons avec d’autres structures telles que l’Interpol et autres qui sont des sources d’informations et de meilleures pistes de coopération», a-t-elle expliqué.

Une vue des participants pendant la cérémonie d'ouverture du séminaire.
Une vue des participants pendant la cérémonie d’ouverture du séminaire.

Répondant aux questions des journalistes sur le choix de Brazzaville, elle a fait savoir qu’avant, ces séminaires se tenaient en France. Depuis, la Direction de la coopération internationale organise des séminaires par zone. Actuellement, la France dispose de 74 attachés de sécurité intérieure ayant compétence sur 155 pays, dans le monde.

Chrysostome FOUCK ZONZEKA

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire