Sélectionner une page

15 août 1960 – 15 août 2020 : Le 60ème anniversaire de l’indépendance nationale noyé par la covid-19!

15 août 1960 – 15 août 2020 : Le 60ème anniversaire de l’indépendance nationale noyé par la covid-19!

Il est clair que les festivités devant marquer le 60ème anniversaire de l’indépendance nationale, le samedi 15 août 2020, n’auront plus la même solennité, ni le même éclat auxquels on pouvait s’attendre d’ordinaire. Et pour cause: la pandémie de covid-19, avec son protocole de mesures barrières, est venue gâcher la fête. En plus, cette pandémie a aggravé la crise économique et plongé le pays dans la récession. Du coup, le 60ème anniversaire de l’indépendance nationale sera célébré à travers une fête sobre devant obéir au protocole anti-covid-19 qui interdit les rassemblements de plus de 50 personnes.

Territoire d’outre-mer en 1946, le Moyen-Congo se constitua en République en 1958, dans le contexte de la Communauté française, pour devenir République du Congo et proclama son indépendance, près de deux ans plus tard, le 15 août 1960.
On ne le dit jamais assez, notre indépendance fut proclamée au cours d’une session extraordinaire de l’assemblée nationale, tenue du 14 au 15 août 1960 à Brazzaville et présidée par Alphonse Massamba-Débat, président de l’assemblée nationale. C’était en présence du Président de la République, Fulbert Youlou, et du ministre d’Etat chargé des affaires culturelles, André Malraux, porteur d’un message du Président Charles de Gaulle. Cette session avait à son ordre du jour, deux points, à savoir: «la cérémonie de proclamation de l’indépendance et la ratification des accords de coopération» entre la République du Congo et la République Française.
La proclamation de l’indépendance et la signature de huit accords de coopération eurent lieu à la séance du 15 août. Après la signature des accords, on donna lecture du message du Président français Charles de Gaulle: «Brazzaville, ville pour toujours illustre dans le monde des peuples libres, hier haut-lieu de la France combattante, aujourd’hui centre actif du développement de tout un peuple, devient la capitale d’un Etat indépendant». Le ministre d’Etat André Malraux prononça, ensuite, son discours, suivi du discours d’indépendance du Président Fulbert Youlou.
A cette époque, le siège de l’assemblée nationale était situé dans le bâtiment qu’occupe aujourd’hui la Faculté de droit de l’Université Marien Ngouabi, à Bacongo.
Depuis, la plus grande fête nationale est liée à cette date du 15 août et donne traditionnellement lieu à un défilé militaire et civil devant le Président de la République et les corps constitués nationaux.
Beaucoup d’autres événements, culturels, sportifs ou conviviaux sont annexés à la fête nationale comme pour en agrandir le trait.
Année du soixantième anniversaire, 2020 s’annonçait avec une fête de l’indépendance revêtant un cachet particulier. Surtout qu’elle marque aussi la dernière fête nationale du mandat. Mais, c’était sans compter avec la pandémie de covid-19 qui, en se répandant dans le monde, a bouleversé la vie humaine. Les gouvernements ayant été obligés de prendre des mesures drastiques, pour stopper la propagation du coronavirus, l’agent pathogène de la covid-19.
Conséquence: la fête de l’indépendance est menacée. Et même si l’état d’urgence sanitaire n’est pas reconduit en août, on voit mal comment on va briser si tôt certaines mesures barrières, pour faire la fête.
Comme certains pays avant nous, les 60 ans de commémoration de la proclamation de l’indépendance vont être célébrés dans la méditation, compte tenu des circonstances particulières qu’impose la crise sanitaire. Les Congolais auront, probablement, droit à un message circonstanciel du Président de la République et pourquoi pas au dépôt de gerbes de fleurs devant les monuments des pères de l’indépendance, Fulbert Youlou, Jacques Opangault, Stéphane Tchitchellé…
Du point de vue économique, ces circonstances particulières tombent, sans doute, à propos, car les caisses de l’Etat ne seront pas torturées pour financer des événements festifs, au moment où l’on a besoin d’argent pour relancer les pans de l’économie nationale durement affectés par la crise sanitaire.

Jean-Clotaire DIATOU

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

20 octobre 2020, 11: 51

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 39
  • 37
  • 1 681
  • 3 551
  • 424
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net