Sélectionner une page

10ème session de la Grande commission mixte Congo-Chine : «Elever davantage notre partenariat stratégique global entre les deux pays»

10ème session de la Grande commission mixte Congo-Chine : «Elever davantage notre partenariat stratégique global entre les deux pays»

La 10ème session de la Commission mixte de coopération économique, commerciale et technique entre la République populaire de Chine et la République du Congo s’est tenue du 28 au 29 octobre 2020 par visioconférence, entre Brazzaville et Pékin. Dans la capitale, la délégation congolaise, conduite par Jean-Claude Gakosso, ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, et comprenant les ministres Jean-Jacques Bouya et Gilbert Mokoki qui étaient accompagnés des membres de leurs cabinets respectifs, était face à la partie chinoise conduite par l’ambassadeur de Chine, Ma Fulin, dans la salle des conférences «Fleuve Congo» du Ministère de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux. Mais la délégation chinoise était conduite, à Pékin, par le vice-ministre du commerce, Qian Keming, et l’ambassadeur du Congo, M. Daniel Owassa.

La Chine et le Congo sont de bons partenaires», a déclaré Qian Keming, dans son allocution d’ouverture. Il a rappelé l’assistance assurée par la Chine au Congo, dès l’apparition de la pandémie de covid-19. «Le Congo est, désormais, la première destination des produits chinois en Afrique», s’est-il réjoui. Le chef de la délégation chinoise a fait quelques suggestions allant dans le sens de renforcer la coopération entre les deux Etats: renforcer la coopération dans la lutte contre la covid-19; faciliter les achats des produits médicaux en Chine et renforcer la coopération entre les hôpitaux, la mise en place d’un vaccin dont les bénéficiaires seront les pays en voie de développement, y compris le Congo. «Selon les priorités du Congo, la Chine est prête à accompagner le Congo selon les besoins», a-t-il souligné. Il a souhaité que le Congo «puisse continuer les négociations avec les institutions financières chinoises, pour la poursuite des projets», tels que la troisième phase de la couverture nationale en télécommunication, la numérisation de la radio et de la télévision (passage de l’analogie au numérique), le projet de construction du siège du Parlement dont les travaux sont en cours de finalisation, le projet de construction du centre commercial et des tours jumelles de Mpila ainsi que d’autres dossiers de coopération bilatérales d’intérêt commun. Sans oublier la réhabilitation du C.f.c.o (Chemin de fer Congo océan).
L’homme d’Etat chinois a rappelé à la partie congolaise la dette consentie par l’Etat congolais envers les entreprises chinoises ayant exécuté les grands ouvrages. Il a lancé une invitation aux entreprises congolaises de participer à toutes les expositions que la Chine entend organiser.
Pour sa part, Jean-Claude Gakosso a indiqué que la coopération entre les deux Etats «se nourrit également des échanges réguliers de délégations et par des visites au plus haut niveau. La dernière rencontre entre nos deux Présidents, en septembre 2018, en marge du Forum sur la coopération sino-africaine, avait permis à nos deux leaders de resserrer ces relations et surtout de donner un nouveau souffle à la coopération bilatérale». Il a salué la décision du Président chinois «de faire de la République du Congo un pays pilote en matière de capacité de production et d’élever notre partenariat stratégique au niveau du partenariat stratégique global».
Pour le chef de la délégation congolaise, cette session a permis «de procéder à l’évaluation des conclusions de la 9ème session et des résultats des visites d’Etat en Chine du Président Denis Sassou-Nguesso, respectivement en juillet 2016 et en septembre 2018, des huit initiatives majeures du sommet de Beijing sur la coopération sino-africaine ainsi que le consensus du sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la covid-19. Cela devrait nous permettre d’évaluer les progrès réalisés, mais aussi les difficultés rencontrées». Il s’est réjoui de la coopération bilatérale, qui a contribué à «la transformation qualitative de la République du Congo, à travers la construction des infrastructures dans plusieurs domaines. Ces grandes réalisations ont eu un impact positif dans le pays, améliorant ainsi les conditions de vie des populations congolaises».
«En perspective, il importe de souligner la nécessité pressante dans un contexte marqué par les effets néfastes de la pandémie à coronavirus, d’élever davantage notre partenariat stratégique global. C’est là tout le fondement de notre espoir et la quintessence du vœu que nous formons pour les présentes assises», a-t-il conclu.
A l’issue des échanges francs et fructueux, les deux parties ont paraphé le procès-verbal sanctionnant la 10ème session de la grande commission mixte Congo-Chine.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 14: 03

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 42
  • 30
  • 2 445
  • 6 295
  • 851
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net